PAR MICHEL HOUELLEBECQ

LE TRAIN DE CRÉCY-LA-CHAPELLE

J’aimerais bien avoir quelques contemporains
Quand l’insomnie creuse mes nuits, parfois, très tard ;
J’aimerais tellement rencontrer des regards,

Parler avec des gens comme on parle aux humains.

Muré dans ma méfiance et ma timidité,
La nuit semble si longue à mon cerveau malade
J’aimerais bien parfois avoir des camarades,
On me dit que je perds mes meilleures années.

Ah ! ces adolescentes que je n’ai pas aimées
Quand je prenais le train de
Crécy-la-Chapelle
Le samedi midi, revenant du lycée ;
Je les voyais bouger et je les trouvais belles.

Je sentais battre en moi un monde de désirs
Et le samedi soir je regardais ma gueule ;
Je n’osais pas danser, je n’osais pas partir,
Personne ne m’embrassait.
Je me sentais bien seul.

Je me méprisais tant que je voulais mourir,
Ou vivre des moments forts et exceptionnels ;
Aujourd’hui je m’efforce à ne pas trop souffrir,
J’approche de la fin.
Je rejoins le réel.

DEPECHE MODE DEMO

Quand Depeche Mode s’amusait avec le beatbox des Bérurier Noir 🙂